Slimane Azayri

Slimane Azayri

1857, la Kabylie du Djurdjura est envahie par l'armée française

Ce Mercredi de novembre, je suis chez O. le patriarche, toujours aussi fort de corps et vif d'esprit, résistant au temps tel cet olivier robuste  et fécond des terres sèches et caillouteuses. Avec lui, les sujets de conversation changent en toute liberté, au gré des inspirations. Un jour, j'ai découvert que ces vagabondages le passionnent comme un joueur d'échecs s'amusant à construire des combinaisons, car, pour lui,  il s'agit de solliciter instantanément sa mémoire et sa capacité d'analyse que je considère toutes deux bien au dessus de la moyenne.

Je ne sais plus par quel enchaînement de nos échanges à six, O. aborde le sujet peu connu de l'invasion en 1857 de la Haute Kabylie – ou Kabylie du Djurdjura – par l'armée française, placée à cette occasion  sous le commandement direct du maréchal Randon, gouverneur général de l'Algérie. Les forces jamais mobilisées auparavant dans la guerre d'occupation de l'Algérie, étaient de quatre divisions - chacune sous l'autorité d'un général, soit environ 37. OOO soldats (selon les chiffres français de l'époque) pour une population d'Imazighen montagnards estimée à 120.000 habitants (environ la moitié des 250.OOO habitants de la Kabylie) !

A la différence des nombreuses campagnes militaires qui ont été menées en vain contre la Kabylie du Djurdjura, le choix fait cette fois-ci  est d'attaquer à partir de quatre points distincts, tous situés au Nord et Nord-Ouest du massif montagneux, c'est-à-dire dans la vallée de la Sebaou. Côté versant Sud et Sud-est, dans  l'axe Dra El Mizan – Bouira – Tazmalt, sont stationnées d'autres forces d'occupation en position de retrait en prévision de soulèvements populaires inattendus en Basse Kabylie (déjà sous occupation française) et aussi pour barrer la route à toute retraite surprise de la part des résistants montagnards qui tenteraient d'échapper à l'étau programmé.

C'est après deux mois de combats acharnés menés malgré la grande disproportion des forces – évidemment en faveur de l'armée française - en effectifs, armement et moyens logistiques, que les résistants kabyles, commandés par Lalla Fadhma N'soumeur,  sont contraints de déposer les armes arch après arch (tribu en français), depuis les At Irathen jusqu'aux At Ittouragh, en passant par les At Yenni, At Menguellet, Akbil, At Bouyoucef , At Boudrar, At Attaf, At Ouacif, At Yahyia, Illoula Oumalou, At Illilten …

L'occupation de la Kabylie du Djurdjura pour un siècle est réalisée totalement avec la capture de l'âme et la tête pensante de la résistance des Imazighen, Lalla Fadhma N'soumeur, qui mourra en captivité six ans plus tard, en 1863, à l'âge de 33 ans.

Le patriarche finit sa synthèse en nous faisant part d'une observation frappante au sujet de l'organisation des combats du côté de la résistance kabyle : les résistants quittaient leurs postes de combat dès la nuit tombée et y retournaient au lever du jour. Il considère cela comme un motif suffisant pour perdre la guerre face aux forces d'occupation quelles que fussent par ailleurs les qualités indéniables des résistants.



21/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres